samedi 16 novembre 2013

Coca-Cola : l'aventure débute dans le XVe arrondissement

Les camions sortent de l'usine d'embouteillage rue Rouelle 
13 rue Félix-Faure
Métro Lourmel


et 14 rue Rouelle 
Métro Dupleix 

C’est dans le quinzième arrondissement qu’a débuté l’aventure de Coca-Cola en France. Une première usine fut installée en 1933 au 13 rue Félix-Faure, à quelques pas de la Tour Eiffel, sous l’égide de la Société française des breuvages naturels. Le précieux concentré y était dilué pour fabriquer la fameuse boisson américaine.
Octobre 1940: en pleine guerre,
un administrateur provisoire est nommé
pour l'usine de la rue Félix-Faure 

Après guerre, l’embouteillage eut lieu dans un autre quartier du même arrondissement, au 14, rue Rouelle, où se trouvait auparavant une glacière, c’est-à-dire une usine produisant des blocs d’eau glacée. Le 4 décembre 1949, les deux premiers camions aux couleurs de Coca-Cola, blanc et rouge, quittèrent le nouveau site d’embouteillage, propriété de la Société parisienne de boissons gazeuses créée par un certain Jacques Foussier. 

Le début d’une impressionnante expansion. Au point qu’au bout d’une quinzaine d’années, l’usine de la rue Rouelle devint trop petite pour alimenter la région parisienne. En 1966, une autre prit le relais, à Clamart. La désindustrialisation de la capitale était en marche, au profit alors de la banlieue immédiate.

De cette histoire ne reste hélas aucune trace. L’usine de la rue Félix-Faure comme celle de la rue Rouelle ont été détruites, laissant place à des immeubles sans grâce. Le quinzième arrondissement, le plus vaste de Paris, a aussi été l’un des plus défigurés par les promoteurs immobiliers.


5 commentaires:

  1. Moi qui suis une enfant du 15ème, j'ignorais totalement cette histoire de la rue Félix Faure et de la rue Rouelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'autant plus heureux de vous l'avoir fait découvrir.

      Supprimer
  2. je me rappelle bien Citroën mais pas du tout cette usine j'aime cet article sur "mon" XV d'où je suis exilée depuis si longtemps mais j'en profiterai...car au cimetière de Vaugirard j'ai ma place !

    RépondreSupprimer
  3. En sortant de l'école primaire de la rue Rouelle, pendant l'année scolaire 1961-1962, je passais devant l'usine d'embouteillage de Coca-Cola. Sur la chaîne,il arrivait parfois que des capsules soient mal fixées. Les ouvriers retiraient les petites bouteilles de la chaîne et les mettaient à disposition des enfants, sur le pas de la porte de l'usine.
    Quelques mètres plus loin, c'était la porte de l'usine de roulement à billes de Citroën. Les ratés des roulements étaient sortis de la chaîne et dans une grande caisse sur le trottoir, les enfants pouvaient se servir en billes d'acier. Dans notre quartier, ces billes n'avaient pas beaucoup de valeur, tant elles étaient abondantes. Pour faire des échanges intéressants en calots de verre, il fallait se déplacer jusqu'aux autres écoles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce témoignage très intéressant ; ce sont des détails qui ne s'inventent pas !

      Supprimer