dimanche 10 novembre 2013

Dans le 18e arrondissement, une usine électrique bientôt centenaire

L'ancienne sous-station Duhesme (novembre 2013)
52 rue Duhesme
Métro Jules Joffrin


Egaré dans un fouillis de bâtiments, à demi caché par des murets et un portail en métal vert, un immeuble industriel du dix-huitième arrondissement est en passe de franchir le cap des cent ans : l’ancienne sous-station Duhesme. 

Il s’agit d’une de ces petites usines électriques qui poussèrent dans Paris comme des champignons au moment de l’installation du métro. Celle-ci, située au 52 rue Duhesme, au croisement de la rue Duc, avait été ouverte pour alimenter en électricité la ligne A (l’actuelle ligne 2 de la RATP), particulièrement entre les stations Pigalle et La Chapelle. L’électricité à haute tension arrivait de la centrale de Vitry ou de celle de Saint-Denis par des câbles souterrains, et elle était transformée ici en courant à basse tension.

Sur le mur d'entrée de la sous-station, une affiche
du Parti communiste reprend la représentation
classique des usines (novembre 2013) 

Le permis de construire fut accordé en novembre 1913, l’inauguration eut lieu en pleine guerre, le 11 août 1916. A l’intérieur, des commutateurs, une batterie d’accumulateurs, des ventilateurs pour abaisser la température. Au sol, des mosaïques. A l’extérieur, une petite cour pavée. 

Comme toutes les sous-stations, celle de Duhesme est devenue inutile avec le progrès technique, malgré des travaux de modernisation en 1935. La RATP l’a reconvertie en atelier. Les ouvriers qui y travaillent assurent notamment la maintenance des escalators et des ascenseurs du métro. Et le bâtiment se reconnaît à son fronton triangulaire d'un parfait classicisme. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire