samedi 10 août 2013

Boulevard Brune, une usine en face des fortifs

La façade de l'ancienne usine Pradel (printemps 2013)

159-163 boulevard Brune
Métro : Porte d'Orléans 


Au 159-163 boulevard Brune, ne ratez pas la belle usine en briques rouges et ocres en train d’être réhabilitée pour accueillir des logements. Au sommet du bâtiment principal, un intrigant bas-relief entremêle des motifs animaux et végétaux. 

Construite en 1896 pour un ingénieur, M. Pradel, spécialiste semble-t-il des instruments d’optique, l’usine a ensuite été utilisée par un imprimeur, Desgrandchamps, jusque dans les années 1980, puis par le transporteur de fonds Valiance.

L'entrée du 163 boulevard Brune (2013)
Il faut imaginer le boulevard Brune vers 1895. A l’époque, les lieux n’ont rien de propret comme aujourd’hui. Pas d’hôtel quatre étoiles, ni de bars à cocktails ou de tramway ultra-silencieux. 
Certes, l’ancienne rue Militaire n’appartient alors plus à l’armée depuis une bonne trentaine d’années, et la Ville de Paris a rebaptisée cette portion comme les autres du nom d’un maréchal d’Empire. Mais le nouveau boulevard longe toujours les "fortifs", ces fortifications construites du temps d’Adolphe Thiers tout autour de Paris pour rendre la ville imprenable, et qui marquent une véritable frontière avec la banlieue. L’endroit grouille de soldats. Au poste-caserne numéro 12, bastion 77, les jeunes gens qui veulent devancer l’appel doivent venir le vendredi à 11 heures, la visite au docteur a lieu dans la foulée. 

Dans les années 1890, cette muraille militaire, doublée d’un fossé et d’une bande de terre inconstructible, commence à perdre de son sens, ne serait-ce qu’en raison de l’augmentation de la portée de l’artillerie. Son démantèlement est évoqué, et de plus en plus de baraques s’installent dans le glacis, cette zone en principe interdite à la construction. Le dimanche, on pique-nique en famille sur les talus.

En face des fortifs aussi, sur l’autre côté du boulevard, les bâtiments se multiplient. Notamment des usines. Elles se glissent entre les fortifications et la ligne de train toute proche, la grande ceinture de pierre et la petite ceinture de fer.
Bas-relief en haut du bâtiment du 159 boulevard Brune
L’une des premières est l’imprimerie que fait bâtir Edouard Guillaume au 105, boulevard Brune en 1892. Cet éditeur suisse, qui habite un hôtel particulier tout près, rue de Coulmiers, vient alors de remporter un succès éclatant avec Tartarin sur les Alpes de Daudet, vendu à plus de 200.000 exemplaires. Pour remplacer son atelier trop étroit du boulevard Raspail, il conçoit un vaste local aux murs de brique blanche percés de grandes baies vitrées. 
"Il fit venir une série de petites machines qui s’ouvraient et se fermaient comme des papillons noirs. Elles étaient desservies par des jeunes filles et des jeunes femmes vêtues d’un coquet uniforme que leur payait Guillaume", raconte J.-H. Rosny aîné dans ses Mémoires de la vie littéraire (1927). Multipliant les collections, Guillaume produit sur place une série de beaux livres, signés notamment Pierre Loti, ainsi qu’une revue destinée spécifiquement aux bibliophiles, Le Carillon du boulevard Brune. 
A-t-il vu trop grand ? Il fait faillite dès 1895, et se replie dans des locaux plus modestes, avenue d’Orléans.

Publicité pour une voiture des Etablissements Ballot, 27 à 39 boulevard Brune 

Une autre imprimerie, encore plus imposante, s’installe cette même année boulevard Brune : celle qui fabrique les timbres-postes pour la France et ses colonies. Elle y restera jusqu’en 1970, date à laquelle elle sera délocalisée à Périgueux, avec ses quelque 500 salariés chargés de graver, imprimer, gommer et perforer les planches de timbres. 

Boulevard Brune se trouvent aussi, à partir de 1905, le siège et les ateliers de Ballot, un fabricant de moteurs puis de voitures repris à la suite de la crise du début des années 1930 par son concurrent Hispano-Suiza.

Pratiquement rien ne reste de tout cela en dehors de l’ancienne usine Pradel. Ne la ratez pas, décidément ! 



Vue intérieure de l'usine du 159-163 boulevard Brune (document David Zacot)

La partie gauche de l'usine du 159 boulevard Brune, en cours de travaux (printemps 2013)

Merci pour son aide à David Zacot, architecte et auteur d'un mémoire de fin d'études proposant une réhabilitation des bâtiments du 159-163 boulevard Brune. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire