samedi 2 juillet 2011

Rue de Buzenval, un poste électrique en voie de démolition

L'ancien poste électrique en juillet 2011

Attention, monument en péril !

Ce bâtiment situé 63 rue de Buzenval, à l'angle avec la rue des Haies (au numéro 22), est en passe de disparaître. Après avis favorable de la Commission du Vieux Paris, la Mairie de Paris a en effet décidé de démolir ce poste électrique désaffecté, pour construire à la place un centre d'animation culturelle.
Le petit bâtiment avait été construit par l'architecte Clément Ligny, pour le compte de la Compagnie parisienne de distribution d'électricité (CPDE). Le permis de construire remonte à septembre 1908.

Vue de l'intérieur à travers une vitre cassée (août 2011)
A l'extérieur, une maçonnerie de pierre de taille et ossature métallique. A l'intérieur, un plancher composé en grande partie de dalles translucides permet de voir le sous-sol. "Les volumes (la hauteur sous plafond dépasse 5 mètres) ont été dimensionnés pour la distribution électrique qui imposait la présence d'appareils encombrants et lourds accueillis dans des sortes de casiers de maçonnerie, alignés sur deux doubles rangées", indique le compte-rendu de la Commission du vieux Paris qui a étudié le dossier. L'ensemble est aujourd'hui dans un état assez délabré, selon ce que l'on peut apercevoir à travers les vitres cassées.

La ville de Paris ayant retrouvé l'usage des lieux à l'issue de la concession, plusieurs projets architecturaux ont été envisagés pour le futur centre d'animation. L'un consistait à conserver la façade du poste électrique, et à glisser en quelque sorte à l'intérieur un édifice moderne de trois étages.



C'est finalement une solution plus radicale qui a été retenue : démolition totale, construction d'un nouveau bâtiment. Les architectes choisis sont l'équipe Pangalos-Dugasse-Feldmann. Les travaux sont censés s'achever fin 2013.

Le futur centre d'animation (vue d'artiste)

Post scriptum : en novembre 2012, le poste électrique est effectivement réduit à un tas de gravas. Voir les photos ici
"Voilà des années que dans ce quartier de la rue des Haies et de la rue des Vignoles, on arrache, écrase ou taille lentement et au hasard, comme sur un corps inerte mais toujours sensible qu'on amputerait par petits morceaux de ses membres", notait déjà Jacques Réda en 2004 dans Le Vingtième me fatigue (éd. La Dogana).

3 commentaires:

  1. Bonjour,

    Excellente initiative ! Bien documenté, de belles illustrations. Quel plaisir de découvrir et d'apprendre à aimer ces bâtiments industriels que nous côtoyons sans même les voir souvent...
    Raconter ce qu'ils sont, ce qu'ils ont été, leur confère ou leur rend une certaine magie et nous les rend attachants.

    J'ai vécu quelques années avenue Théophile Gautier dans le 16ème, dans un ancien hôtel particulier plutôt bien rénové en appartements. Ce bâtiment était mitoyen des anciennes Halles d'Auteuil où quelques antiquaires exerçaient encore en 2001. Avec les immeubles Guimard, elles donnaient un vrai charme à ce quartier un peu mort, coincé entre la rue d'Auteuil et la Maison de la radio. Ce lieu magique -cousin des puces de St Ouen- a depuis été entièrement démoli et remplacé par un programme neuf.

    Quel déchirement de voir disparaître ces lieux. Ce projet Rue de Buzenval m'y fait penser. Chaque fois, je m'interroge sur le choix à faire : doit-on conserver tout notre patrimoine architectural ou donner leur chance aux nouveaux projets architecturaux ? En effet, nous n'aurions pas tout ces beaux bâtiments aujourd'hui si on n'avait pas donné leur chance à de précédents architectes audacieux..?
    Merci pour votre site et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  2. Faut-il tout garder sous prétexte que c'est ancien ? Ou faire table rase du passé et donner leur chance aux jeunes? Tout dépend évidemment de l'état et de l'intérêt des monuments en cause. Heureusement, la photo est là pour maintenir la mémoire. C'est aussi l'un des buts de ce blog.
    Merci pour vos encouragements.

    RépondreSupprimer
  3. Et vive le changement! Je réside depuis 25 ans dans le quartier ( rue des Haies) et j'étais habituée à ce bâtiment-paquebot qui se dégradait à vue d'oeil. Et comme ce quartier devient très bo-bo, un centre culturomachin truc à la môôde, hé bien , ce sera parfait! Parce que moi, je me tire pour aller au soleil. Olééééé

    RépondreSupprimer