dimanche 25 septembre 2011

Une usine à Notre-Dame

L'ancienne sous-station Cité, et, juste derrière, Notre-Dame
(août 2011)

   L’île de la Cité n’a rien d'un quartier industriel. Elle compte néanmoins une usine, à deux pas de Notre-Dame : la sous-station électrique construite au 19, rue Chanoinesse en 1908-1909.

Ces deux années-là, toute cette petite rue qui abrita longtemps des chanoines, vicaires et autres dignitaires de Notre-Dame est bouleversée par l’arrivée du métro. Pour alimenter la toute nouvelle ligne n°4, la première à s'aventurer sous la Seine, il est en effet décidé d’implanter rue Chanoinesse une petite usine électrique, destinée à transformer le courant alternatif à haute tension venu des centrales de Bercy ou Saint-Denis en courant continu à basse tension.

La démolition de la tour Dagobert
en 1909 (photo Agence Rol)
Dans ce but, la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP), l’un des ancêtres de la RATP, achète une partie des terrains appartenant aux Allez, deux frères qui tiennent un grand magasin de quincaillerie au Châtelet et possèdent plusieurs immeubles dans la rue. 
Mais le chantier va bien au-delà de ce projet. De nombreux bâtiments sont détruits, des fouilles archéologiques sont entreprises, et le tracé de la rue est redessiné. Les travaux font notamment disparaître la pittoresque « tour de Dagobert », qui remontait à la fin du XVème siècle ou au début du XVIème. A cet endroit, juste en face de la sous-station, les frères Allez construisent de nouveaux entrepôts correspondant mieux à leurs besoins (ils ont depuis été transformés en garage par la Préfecture de police).

Pour la sous-station, la CMP fait appel une fois de plus à l’architecte alsacien Paul Friesé, qui réalisera au total 11 bâtiments de ce type et trois centrales électriques pour le compte de la CMP ou d'autres branches du groupe Empain-Schneider. La sous-station Cité présente ainsi les mêmes traits que les autres de cette série, avec un socle en béton, une structure métallique et une façade de verre.

Mise en service le 9 janvier 1910, la sous-station Cité a, comme les autres, été rendue obsolète par l’arrivée dans les années 1960 de nouveaux équipements électriques, bien moins encombrants. Les lieux sont néanmoins toujours utilisés par la RATP, qui y a installé un poste de redressement et des services techniques.

Détail de la façade (août 2011)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire